Présentation (amateur) d’un projet architectural

Il est très amusant de construire la maison de ses rêves ou n’importe quel « délire » architectural. Pour ce faire, il existe  pas mal de choix sur le marché des logiciels.  De Sketchup  free à Revit Architecture à 6000 €, en ces périodes de disette j’ai donc choisi Sketchup free à 0 €.

Bien sûr, pour présenter le projet à la façon des pros, il faudra quand même passer par la case CB. Nous verrons çà dans la suite de l’article.

Mon but ici n’étant pas de de passer trop de temps sur la construction elle-même mais plutôt sur ce à quoi elle ressemblera une fois terminée, le décor étant pour beaucoup dans une présentation, voici donc dans Sketchup une petite maison de vacances :

villaConstr01_800

 

Avant d’envoyer le fichier dans un autre logiciel 3D, il est nécessaire d’attribuer une identification aux différentes faces texturées, sinon, le logiciel d’accueil considérera que l’objet entier possède la même identification et il recevra une texture unique.  Dans Sketchup c’est facile, on clique sur la face choisie et on applique une couleur/texture, n’importe laquelle d’ailleurs car les textures seront « peaufinées » dans l’autre soft. Voilà le résultat avant envoi :

villaConstr02_800

 

Maintenant j’exporte donc mon fichier Sketchup directement dans le logiciel de rendu architectural choisi, ici,  Lumion.  La version 3.2 de Lumion vous coûtera…0 €, il est aussi cher que Sketchup.  Cette version ne vous autorise pas à créer des trucs commerciaux, tout doit rester dans la sphère privée.  Si vous voulez passer à la version 4 Pro il va falloir faire sérieusement chauffer la CB. (environ 3000 €)

Dans Lumion on rajoute la végétation, les personnages, deux trois bricoles pour meubler, et des textures un peu plus sérieuses.  Voilà ce que ça donne, cliquez sur l’image pour le grand format.

villa01_800

 

Mais ce n’est pas fini, on va animer toute cette scène, un petit conseil, baissez un peu le son car j’avoue avoir un peu « buggé » sur le réglage de départ. Voilà, comme vous pouvez le voir, au fond, le barbecue est allumé, c’est donc l’heure de l’apéro, désolé de vous quitter mais on m’attend.

La vidéo ici :

play

A plus.

Modélisation d’un orgue

Pourquoi un orgue au masculin alors qu’on parle toujours de grandes orgues au féminin ?  Cela mérite une petite explication, quand on parle de l’instrument lui-même on dit un orgue (masculin singulier), on emploie le féminin lorsque l’on parle de l’ensemble des tuyaux qui composent cet instrument, (dans ce cas toujours au féminin pluriel).

Après cette petite digression, du latin digredi qui veut dire s’éloigner, bon OK j’arrête… Je reviens sur le modèle. Là on attaque la modélisation typique du fainéant qui n’a pas envie de se casser la tête. Des cubes et des cylindres dupliqués et assemblés, il n’y a plus qu’à poser ses fesses sur le banc et envoyer la Toccata en ré mineur de ce cher Jean-Sébastien.

Voici l’objet terminé, je vous fais grâce des images de sa fabrication qui ne présentent que peu d’intérêt.

Les amateurs pourront télécharger ce modèle aux formats habituels,  *.obj et *.max dans la partie ressources gratuites de ce blog.

Pipe organ 800

Pipe organ 800a

 

Voilà pour aujourd’hui, la prochaine fois on parlera un peu d’architecture pour changer.

L’effet « vent » dans la 3D

Pour l’image de l’article précédent j’avais utilisé l’effet « vent » pour donner plus de dynamisme à la scène. Je vais donc expliquer aujourd’hui comment cet effet « vent » peut être facilement mis en place dans les modeleurs 3D.

Par la même occasion je vais faire cette petite démonstration avec le logiciel Marvelous Designer,  une petite merveille qui nous vient de Corée et très simple à utiliser.

Dans la video vous pourrez voir comment fonctionne ce soft et mieux comprendre cette fonction « vent » et son action sur les objets.

Note : ne cherchez pas à monter le volume de vos HP il n’y a pas de son dans cette vidéo.

play

La fin du voyage

Dans cette image j’ai voulu jouer avec les formidables rendus atmosphériques du logiciel Vue. Le personnage est Victoria 6 de chez Daz, les morceaux d’épave ont été modélisés  vite fait dans 3 DS Max, ici pas besoins de détails sur l’objet,  les effets d’écume sont des brosses de Photoshop, celles de Ron Deviney de la série « Splashes ».

Les effets de vent dans les cheveux, la robe et ce qui reste de la voile sont là pour donner plus de dynamisme à l’ensemble, sans oublier la lampe qui va également dans le sens du vent…Il faut penser à tout…

Dans un prochain article je vous parlerai justement de cet effet « vent ».

Vous pouvez cliquer sur l’image pour voir le format HD.

La fin du voyage
La fin du voyage

Young driver dream

Bonjour,

Une petite mise en scène de la voiture à pédales de l’article précédent. Elle se sent moins seule du coup. Le petit perso est un modèle Kid4 de chez Daz3D, la belle américaine est une Plymouth Belvédère de 1957, (modèle gratuit de chez animium.com).   Rendu de l’image dans 3DS Max, moteur de rendu Vray.

Rien de particulier en dehors d’un crénelage (aliasing) excessif dû à certaines pièces longues et droites rendues en position oblique.

Cliquez sur l’image pour voir le grand format :

Plymouth Belvédère 1957

 

Modélisation d’une voiture à pédales des années 50

Est-ce l’approche de Noël qui me replonge dans des rêves d’enfants ? Bref,  j’ai eu envie de modéliser cet objet mythique,  le premier jouet qui a marqué  pour beaucoup  leurs débuts dans le monde des automobilistes.

Une modélisation très simple, sans prise de tête inutile. Voici en image la progression du travail :

Et voici le résultat final de cette modélisation :

Comme d’habitude, vous pouvez télécharger cet objet sur la page « ressources gratuites » de ce blog.

A très bientôt pour un nouveau modèle.

Modélisation d’un sextant

En cette période de transat Jacques Vabre et de tour du monde en solitaire il était d’actualité de modéliser quelque-chose ayant trait à la marine.

Pourquoi pas un sextant ? Modélisation classique avec plein de petites pièces qui replongent avec délectation dans l’univers  de ces bonnes vieilles boîtes de maquettes.

Un petit mot sur cet objet, pour les néophytes, en gros, il sert à mesurer la hauteur d’un  astre par rapport à l’horizon, donc la latitude, en position horizontale il sert également à mesurer la distance entre deux points terrestres. Et le GPS dans tout ça ? et bien ce sextant est tellement indispensable pour savoir exactement où on se trouve qu’il reste obligatoire sur tous les navires de la marine marchande, personne n’étant à l’abri d’une panne d’électronique.

Voilà donc l’objet terminé et présenté en fin de modélisation avant l’application des textures. Comme d’habitude vous pourrez télécharger ce modèle dans la partie « ressources gratuites » de ce blog. Cliquez sur l’image pour voir le grand format.

Sextant_fin_600

 

Modelisation600

A bientôt sur edit-poly !

 

V-RAY, un moteur de rendu pas si compliqué

Bonjour,

Aujourd’hui je vais aborder le moteur de rendu V-Ray dans 3ds Max. Pour le débutant, rien que le fait d’ouvrir les pages de paramètres donne une violente poussée d’urticaire…

Pourtant, à regarder de plus près, ce formidable outil n’est pas si compliqué que çà. Je vous propose donc un petit tutoriel qui vous donnera les bases pour faire de très jolis rendus en un temps assez court. Auparavant, voyons un peu ce que donnent les moteurs de rendus de 3ds Max. Pour ce faire, j’ai utilisé le fameux teapot du logiciel, qui est fourni dans Max pour faire les réglages de lumières et de textures. Pour les trois images c’est la même scène, caméra, source lumineuse et décor placés de manière strictement identique.

A gauche le rendu standard de Max (scanline), au centre le rendu Mental Ray, à droite le rendu V-Ray :

Je pense que le résultat avec V-Ray se passe de commentaires.

Alors si la chose vous tente, vous trouverez dans ce tutoriel toutes les bases pour réussir facilement d’excellents rendus avec V-Ray :

image doc

 

 

Louisiana Princess (Mississippi steamer)

Bonjour,

Aujourd’hui je vous présente le Louisiana Princess, un bateau à vapeur typique du fleuve Mississippi. Entièrement modélisé dans 3 ds Max. Cliquez sur l’image pour voir le grand format.

Louisiana Princess

Le petit mot habituel sur la construction de l’image dont vous pouvez voir les caractéristiques ci-dessous. Un plan qui recevra la texture « eau », vous pouvez voir la caméra, l’arbre placé devant elle pour créer un premier plan et ainsi éviter d’avoir une image trop plate, la rose des vents et le soleil qui lui est lié, ce qui permet de régler sa position (azimuth et hauteur).

Mise en place et construction de l’image

Les différentes pièces modélisées sont présentées sur l’image suivante :

Les pièces modélisées

Pour les amateurs, vous trouverez bien sûr ce bateau en format Obj et Max dans la partie ressources gratuites .

A bientôt.